Téléphone 05 55 33 86 00

Université d'été du féminisme

1ère Université d'été du féminisme - 13 et 14 septembre 2018

Les 13 et 14 septembre a lieu la 1ère Université d'été du féminisme. La présidente du CIDFF du Limousin, Maryse Dubois également présidente de la Fédération Régionale des CIDFF Nouvelle-Aquitaine et membre du Conseil d'administration de la Fédération Nationale des CIDFF participe à cette Université.


Le mot de Marlène Schiappa, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes

Féminisme 2018

J'ai le plaisir de vous accueillir à la 1ère édition des Universités d'Été du féminisme, organisées par le Secrétariat d'État chargé de l'Égalité entre les femmes et les hommes. Notre enjeu ? Abaisser le seuil de tolérance de toute notre société aux inégalités entre les femmes et les hommes. Pour cela, notre ambition : intéresser toute la population française au féminisme, cet enjeu fondamental du XXIème siècle.

Sous l'impulsion du Président de la République Emmanuel Macron, le gouvernement mène un combat culturel pour l'égalité femmes-hommes. Parce que les lois et les politiques publiques sont nécessaires mais, seules, ne suffisent pas. « Toute notre société est malade du sexisme », a dit Emmanuel Macron au lancement de la Grande Cause du Quinquennat, à l'Elysée. Pour l'en guérir, il nous faut partager. Partager notre indignation face aux inégalités de salaires (9 à 27%) pour faire adhérer à nos mesures de transparence des écarts de salaires. Partager notre indignation face au harcèlement de rue qui effraie 8 jeunes femmes sur 10, partout en France, pour faire adhérer à la verbalisation de ce harcèlement, voté cette année dans notre projet de loi !

Le mot « féministe » serait clivant. Certaines le réfutent. D'autres se l'approprient. Loin de moi l'idée de juger l'une ou l'autre de ces pratiques. Mais force est de le constater : à la base de tous les combats culturels mentionnés, se trouve la parole des femmes et l'analyse féministe. Qu'il s'agisse de « plafond de mère » ou de « culture du viol », de suivi obstétrical ou de liberté sexuelle, le féminisme se nourrit de réflexions philosophiques, sociologiques, économiques, des paroles des femmes elles-mêmes. Simone Veil, qui refusait par ailleurs d'adhérer à toute organisation, le disait fort bien : « Il suffit d'écouter les femmes ». Depuis lors, et jusqu'en 2017 avec #metoo notamment, les femmes n'ont pas été assez écoutées, entendues.

Le mouvement féministe n'a jamais été monolithique. Il a toujours été traversé de différents courants se croisant et, parfois, s'affrontant. Le débat d'idées respectueux permet à chacune et à chacun de construire sa propre réflexion. J'ai donc fait le choix de donner la parole à des associations, personnalités ou expertes très variées. Ni brevet de bonne féministe à la clé, ni validation de tel ou tel engagement, mais la promesse d'un débat de fond. Pas de « parole officielle », mais une pluralité enrichissante. Que ce soit par la réflexion, la colère, l'engagement, le rire, l'action, je vous invite à découvrir les actions de dizaines de femmes – et d'hommes !- décidés à faire des inégalités femmes/hommes une histoire ancienne.

La Grande Cause du quinquennat du Président, c'est notre grande cause commune : l'égalité femmes-hommes. Trop longtemps, elle est restée dans l'ombre. Aujourd'hui, le féminisme est de retour !

Marlène Schiappa
Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes


Pour en savoir plus : https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/luniversite-dete-du-feminisme/

Nos partenaires